Privacy by design, droit à l’effacement, responsable de traitement… La technologie qui sous-tend le bitcoin remplit-elle toutes les dispositions du règlement européen ?

▪▪▪

« Nul n’est censé ignorer la loi. » Pas même la blockchain. Le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) n’en fait pas mention, mais les entreprises qui fournissent des services blockchain sont soumises à ce règlement, comme n’importe quelle entreprise.

Or, par définition, la blockchain est une technologie qui permet de stocker et transférer des données, que ce soit un simple fichier excel, une information financière ou une donnée personnelle. Pour les blockchain privées mises en place par un tiers, le problème est simple à résoudre, car un seul acteur a autorité sur le réseau. Ce dernier doit donc en assumer la responsabilité juridique et respecter le règlement. La start-up Blockchain Partner, qui vend en moyenne 90% de blockchains privées, ne rencontre aucun problème particulier. « Nous n’avons pas encore eu de cas qui nous a empêché de mener à bien des projets », affirme William O’Rorke, legal advisor de la start-up. Pour les blockchains publiques, comme Bitcoin ou Ethereum, c’est une autre paire de manche. Pour y voir plus clair, le JDN a comparé les principes phares du texte européen avec les caractéristiques de la blockchain publique.

▪▪▪

Suite de l’Article sur le Journal Du NET

Rédigé par Jahk

Passionné de Crypto Monnaie & d'informatique, j'ai décidé de me lancer dans une belle aventure : façonner un environnement sain pour rassembler et diffuser les meilleures informations possibles.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.